• Retour à l'accueil'
  • Actualité
  • CRPF de Bourgogne
  • Réunions forestières
  • Documentation
  • Annuaire forestier
  • Annonces foncières
  • Contact

Patrimoine culturel

La forêt relie la Bourgogne à son histoire, du fait de la durée de vie des arbres, mais aussi de la persévérance du sylviculteur à gérer ses parcelles pour produire les biens et services demandés dans le présent et pour l'avenir par la société. Le forestier, plus que n'importe quel entrepreneur rural ou urbain, hérite du patrimoine de ses ancêtres, et le cultive pour que les générations futures en aient le plein bénéfi ce. Faisant mentir en cela Saint-Exupéry, le forestier n'emprunte rien aux générations futures ; au contraire, il investit pour elles, en ne récoltant quasiment jamais lui-même le fruit de ses investissements.

Outre les particularités de l'arbre et de la forêt dans la culture et l'histoire couramment admises (rôle symbolique, transmission intergénérationelle, usages des très nombreux produits du bois dans la vie quotidienne à travers les âges...), la forêt bourguignonne, et particulièrement la forêt privée, a joué un rôle culturel marquant en Bourgogne :

* épopée du flottage du bois de chauffage de la forêt morvandelle alimentant Paris pendant plusieurs siècles,

* bois de marine des chênaies bourguignonnes flottés jusqu'aux arsenaux de la Méditerranée, de l'Atlantique, ou de la Seine,

* bois-énergie alimentant les innombrables forges, haut-fourneaux, tuileries, etc. sur tout le territoire bourguignon,

* chêne à tan, produisant un tannin travaillé dans de très nombreuses tanneries dans toutes les vallées bourguignonnes, chêne à merrains dont la grande saga continue brillamment aujourd'hui puisque les tonneaux issus des chênes de la forêt privée s'exportent dans de nombreux pays ; notons que les accroissements fins produits par la futaie ont certes des qualités intéressantes pour l'élevage des vins, mais que les chênes à grain moyen fournis en abondance par la forêt privée donnent aussi des caractéristiques oenologiques intéressantes, s'ils sont de droit fil et sans noeud,

* histoire plus récente des boisements qui marquent toujours une époque : pins des grandes zones de culture sur plateaux et d'épicéa, sapins et douglas des massifs cristallins et tout particulièrement du Morvan ; la célébration du bicentenaire de la naissance de David Douglas au cours de la foire forestière Euroforest 1999 en Saône-et-Loire marque bien cette relation forte entre le bois présent et notre histoire,

* le sapin de Noël, culture agricole, mérite d'être cité dans les particularités culturelles locales liées à la forêt, puisque la Bourgogne est une région traditionnelle de grosse production ; il s'agit d'un complément de revenu pour des agriculteurs qui sont aussi souvent sylviculteurs sur de petites surfaces dans le Morvan.