• Retour à l'accueil'
  • Actualité
  • CRPF de Bourgogne
  • Réunions forestières
  • Documentation
  • Annuaire forestier
  • Annonces foncières
  • Contact

Paysage

L’ARBRE ET LA FORÊT DANS LE PAYSAGE BOURGUIGNON

Le paysage est la résultante des potentialités naturelles du milieu et du travail de l’homme pour en tirer des produits, que ces produits soient purement marchands comme le bois, ou matériels mais non marchands comme la qualité de l’air et de l’eau ou l’équilibre des écosystèmes, ou immatériels comme le paysage et le plaisir visuel qu’on en tire.

Ce problème entraîne une diffi culté pour le financement des actions paysagères demandées au sylviculteur, car agir sur le paysage demande que chacun des partenaires y trouve un intérêt (« L'agriculture et la forêt dans le paysage », Manuel MAAPAR, novembre 2002).

Un système d'aide aux diagnostics paysagers, et de boni- fi cation des taux de subventions pour la prise en compte des paysages, a été mis en place.

Intégrer l'enjeu paysager dans les actions d'aménagement du territoire, et par conséquence dans les actions d'aménagement forestier, doit être le fruit d'une démarche commune et concertée du territoire, afin de se mettre d'accord sur les trois étapes indispensables de cette intégration :
- l'analyse paysagère à l'échelle pertinente des programmes d'action envisagés,
- les objectifs et les propositions concrètes d'évolution et d'actions,
- la mise en place des programmes incluant les actions de suivi et d'évaluation, et de communication

POUR COMPRENDRE LE ROLE DE LA FORET DANS LE PAYSAGE : PRENDRE LE TEMPS DE VOIR, d'ETUDIER, de PREVOIR

Le paysage doit être vu, interprété, compris

De nombreux documents peuvent aider à l'analyse des paysages de Bourgogne et à la définition des objectifs paysagers des territoires : plans, chartes, études, atlas, inventaires paysagers.

Pour le Morvan, deux documents importants valables sur l'ensemble du massif forestier permettent de sensibiliser les sylviculteurs à l'importance du paysage et des impacts de la sylviculture :
- "l'Atlas des Paysages du Morvan", réalisé par le Parc Naturel Régional. Il cartographie les grands ensembles paysagers avec leurs composantes, et indique la façon de prendre en compte les enjeux principaux, notamment pour la forêt
- le "Cahier de Recommandations à l'usage des sylviculteurs pour une approche paysagère de la production en forêt morvandelle" réalisé par l'Office National des Forêts (Préfecture de la région Bourgogne, novembre 1997). Ils constituent des outils de base pour l'analyse des situations à risques, pour la méthode de diagnostic, pour l'aide à la décision avec les précautions utiles et les actions à mettre en œuvre.

La Charte forestière de territoire du Morvan ouvre des possibilités de financement d'actions paysagères en zone sensibles du Plan de Parc, conventionnées entre le Parc Naturel Régional et les sylviculteurs ; elle doit permettre de sensibiliser et former les sylviculteurs aux gestes paysagers utiles.

Le CRPF a mis en place avec l'IRSTEA (ex CEMAGREF) sur 4 sites pilotes sensibles (un par département) des opérations d'analyses paysagères forestières, et de recommandations pratiques ; des actions techniques paysagères expérimentales ont été mises en place sur ces sites avec les sylviculteurs afin d'en évaluer la faisabilité, le coût et l'impact.

L'observation de l'évolution de ces paysages permet de mieux orienter les recommandations et les programmes d'actions en s'attachant principalement aux actions les moins coûteuses, les plus aisées à mettre en œuvre par le sylviculteur et les plus productives et durables au point de vue de l'impact paysager.
Dans les plans simples de gestion et dans ses actions d'information auprès des sylviculteurs, le CRPF sensibilise ses interlocuteurs à l'impact paysager des interventions en forêt et diffuse les recommandations utiles. L'IMPACT DES COUPES ET DES TRAVAUX SUR LE PAYSAGE EST PRIS EN COMPTE DANS LES DOCUMENTS DE GESTION DURABLE

L'intégration dans les documents de gestion de la dimension paysagère est maintenant systématique au niveau de l'analyse, qui prend en compte les éventuels enjeux paysagers.

La mise en œuvre des précautions paysagères n'engendrant pas de surcoût ou de perte de production significatives se fait au fur et à mesure, à la suite de la sensibilisation du sylviculteur, au cours des instructions des documents de gestion, des réunions d'information, des visites-information, des diffusions de documents de vulgarisation, etc .

La mise en œuvre des opérations coûteuses ou engendrant une perte de production pourra se réaliser, après une éventuelle action d'animation, par la contractualisation entre un commanditaire (la collectivité bénéficiaire de l'action, et/ou l'Etat ou l'Union européenne) et les sylviculteurs maîtres d'ouvrage.

Les programmes d'action paysagère sont indissociables des actions de communication.
Il convient, à l'échelle pertinente, depuis le niveau régional jusqu'au niveau du gestionnaire, de développer une action de communication permettant aux bénéficiaires du paysage de mieux comprendre son fonctionnement.